Enivrez-vous

Il faut être toujours ivre. Tout es là: c'est l'unique question.
Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules
et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise.
Mais enivrez-vous.
Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herve verte
d'un fosse, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous
réveillez, l'ivresse déjà dimibuée ou disparue, demandez au
vent, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante,
à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est; et le vent,
la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront: "Il est
l'heure de s'enivrer! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du
Temps, enivrez-vous; enivre-vous sans cesse! De vin, de poésie
ou de vertu, à votre guise".


***

Tierra prometida
sueño errante
paraíso perdido
ruina segura.

***

Si alguien se preguntaba si había logrado terminar de escribir la calavera, pues les aviso que no. Nicanor Parra tendrá que esperar hasta la quincena... espero que no me corran del trabajo antes.

Comments

Luis Manuel Paz said…
jajajajaja, pinche calavera cotizada. No se dejó.
R.B. said…
Por eso "¡Tomo, para no anamorarme! ¡Me enamoro, para no tomar!"

Chido chido el Paradise Lost

Se cotiza, se cotiza! la skull jajaj

Popular Posts